« Art nouveau », Paul Greveillac

Parmi les livres au programme de la rentrée littéraire, j’ai commencé à préparer une sélection de mes chouchous pour vous les présenter. « Art nouveau » aurait dû y figurer mais comme les éditions Gallimard m’ont envoyé un exemplaire du livre pour le chroniquer sur Babelio, il peut faire l’objet d’une publication à part entière !

Départ pour la fin du XIXe siècle. Le jeune Lajos Ligeti, apprenti architecte, décide de quitter Vienne et la maison parentale pour gagner Budapest, l’autre capitale du bicéphale empire d’Autriche-Hongrie. Il y découvre une ville bien différente de Vienne, peu développée, où tout reste à faire, et donc à construire. Le jeune homme va devoir batailler pour s’y faire une place et tenter d’imposer son style et ses idées architecturales. Mais à la fois juif et étranger dans une société dans laquelle l’antisémitisme et le nationalisme s’exacerbent, son parcours ne sera pas sans risques ni embuches. 

« Art nouveau » est une vraie réussite. J’avais quelques appréhensions liées à la thématique architecturale, qui n’est pas particulièrement mon domaine de prédilection. Mais Paul Greveillac parvient à la rendre de manière très vivante et dynamique, compréhensible aussi ! L’atmosphère générale du livre est très bien rendue et on à vraiment l’impression de naviguer au sein de cette période charnière de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. On ressent bien l’affaiblissement de l’empire d’Autriche-Hongrie, sa société rigide et corsetée, vestige d’un temps déjà révolu, mais aussi la montée des nationalismes et de l’antisémitisme, portant en germe les deux conflits mondiaux du siècle qui nait tout juste. L’écriture de l’auteur semble d’ailleurs taillée pour son sujet et son époque, avec juste ce qu’il faut de finesse et de raffinement pour prolonger l’immersion du lecteur.


Au final, on prend beaucoup de plaisir à suivre le parcours architectural et humain de Lajos Ligeti, entre grandeur et décadence. Une très jolie découverte !

Vous avez aimé ? Pour rester dans l’univers architectural, je vous conseille le passionnant « La cathédrale de la mer » d’Ildefonso Falcones, centré autour de la construction de l’église Santa María del Mar, chef-d’oeuvre du gothique catalan.

« Art nouveau », Paul Greveillac, Gallimard, 287 pages

Une réflexion sur “« Art nouveau », Paul Greveillac

  1. ceciloule 17 octobre 2020 / 19 h 54 min

    L’écriture est en effet extrêmement ciselée et « taillée pour l’époque » 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s